Le retour des mammouths : science-fiction ou réalité ?

Partager :
30 juin 2022
Et si nous pouvions ressusciter les mammouths ? Et non, ce n’est pas le synopsis du dernier Jurassic World sorti le 8 juin, mais un événement qui pourrait arriver dans les années à venir. L’entreprise Colossal a levé 15 millions de dollars pour parvenir à cette prouesse scientifique. Cette initiative a un but écologique, mais soulève de nombreuses questions éthiques.
Image
mammouth-musee
Réplique réaliste grandeur nature du mammouth laineux avec son squelette fossile au musée d'histoire naturelle de Shanghai ©Adobe stock

30 ans après la sortie du premier film de la saga Jurassic Park, Colin Trevorrow revient avec le troisième volet de Jurassic Word. Le réalisateur nous replonge dans l’univers où le clonage des dinosaures est devenu réalité. La fin du film précédent avait révélé de nombreuses controverses : faut-il sauver ces animaux recréés en voie de ré-extinction ? De manière générale, la résurrection des espèces soulève des questions : l’Homme a-t-il le droit de décider de la vie des autres espèces ? Beaucoup ne pensaient jamais avoir à répondre à ces interrogations. Pourtant, grâce aux avancées scientifiques, ce scénario pourrait se réaliser dans les années à venir.  

Jurassic Park prend vie 

Colossal, une entreprise américaine, s’est donnée comme mission de ressusciter les mammouths laineux, disparus il y a 4 000 ans. Cette espèce vivait dans les forêts boréales aussi appelées taïga ainsi que dans des zones climatiques froides nommées toundra. Les mammouths laineux étaient tellement importants dans l’écosystème de ces zones, qu’on le surnommait “steppe mammouth”. Depuis leur extinction, ces prairies se sont transformées. Les mammouths avaient la capacité de gratter le sol afin d’y faire pénétrer du froid. Ainsi, le pergélisol (ou permafrost en anglais), un sol gelé en permanence, maintenait une température négative. Aujourd’hui, les chaleurs sont plus élevées en été et les plantes absorbent une grande quantité de chaleur qui se dirige vers leurs racines. Ce processus est dangereux puisqu’il fait fondre le pergélisol et favorise la libération de gaz à effet de serre et de virus enfermés là-dessous depuis des milliers d’années. Ce projet de réhabilitation des mammouths a donc des visées écologiques et sanitaires. 

toundra
Panorama de la toundra gelée ©Adobe stock

Cet événement se définit comme une prouesse scientifique. Comment va se dérouler cette expérience ? Les chercheurs utilisent des ciseaux moléculaires de CRISPR-6 Cas9 afin d’introduire de l’ADN de mammouths laineux dans des éléphants d’Asie. La condition pour que cette résurrection fonctionne est la similarité de l’ADN entre l’espèce éteinte et l’espèce receveuse. Entre le mammouth laineux et l’éléphant d'Asie, l’ADN est similaire à 99,6 %. Tout cela à un coût, qui s’élève à 15 millions de dollars, récoltés par des fonds privés. 

 

Un débat éthique et scientifique  

Une étude estime qu’il y a entre 7,5 % et 13 % des espèces animales et végétales qui ont disparu dans le monde depuis l’an 1500. Cela correspond à 150 000 à 260 000 espèces éteintes. Sachant cela, comment peut-on choisir quelles espèces méritent d’être rétabli ?  

Colossal a pris sa décision, c’est le mammouth laineux qui verra le jour dans quelques années. Ils vont être recréés en laboratoire et n'auront donc aucun parent pour les guider dans la vie sauvage. Ont-ils les moyens de survivre et d’évoluer dans l’habitat naturel ? Ressusciter des mammouths aujourd’hui, cela équivaut à les obliger à vivre dans ce nouveau monde. Nouvelles conditions climatiques, biodiversité en évolution, ces animaux améliorés vont-ils survivre ? Ne vont-ils pas faire face à une nouvelle extinction de leur espèce ? L’Homme qui avait déjà participé à son extinction, pourrait également trouver un intérêt financier à tuer ces animaux, comme c’est le cas aujourd’hui avec d’autres espèces comme le rhinocéros. Les chasseurs du Paléolithique tuaient les mammouths pour se nourrir et utiliser leurs os. Pourquoi cette pratique ne reviendrait-elle pas avec le retour de cette espèce ? Faire renaître une espèce pour la tuer, par intérêt financier ou par loisir, voilà de quoi se demander si le mammouth ne ferait pas mieux de rester dans un monde lointain.

Concrètement, Colossal propose d’intégrer un génome (un ensemble de gènes) dans l’ADN des éléphants. Seul un génome est congelé aujourd’hui. Les nouveaux mammouths seront donc tous consanguins. Cela peut poser des problèmes de malformations cardiaques, cérébrales et d’autres maladies. 

La renaissance des mammouths entraînerait un bouleversement dans l’équilibre de la nature. Qui sera leur prédateur ? Ce changement aura-t-il des conséquences sur les 40 084 espèces menacées ? Vous avez 4h.

Elisa DESPRETZ

 

Partager :

Même sujet

Désolé... Aucun article est en relation avec celui-ci.